L’appel de la Fraternité


 La dérive est déjà ancienne. Depuis des années, de glissements en glissements, l’idéologie différentialiste, de droite comme de gauche, se fait entendre. Elle a les honneurs des médias, et des tribunes. Elle est même en passe de devenir, devant trop de passivité, l’idéologie dominante. 

Le racisme avance, l’antisémitisme ressurgit, l’homophobie s’installe, l’indifférence aux plus faibles s’étend ; depuis trop longtemps, nous avons laissé se répandre sans réagir le poison du repli. Depuis trop longtemps, les entrepreneurs identitaires attisent ces haines qui enferment l’individu dans le ressentiment et atomisent nos sociétés. L’ignorance est leur carburant, notre passivité leur opportunité. 

Assez ! L’heure de la contre-attaque a sonné. La fraternité est en danger. Sauvons la fraternité! 

Négligée, oubliée, piétinée, cette valeur indépassable est pourtant le pilier de notre triptyque républicain. Sans fraternité, il n’est point de liberté pleine et entière, ni d’égalité réelle. La fraternité a fait !’Histoire de notre République. Elle demeure notre horizon commun. Elle est surtout notre oxygène quotidien. Parce qu’une multitude de menaces nous en privent, notre société étouffe. 

Comment évoquer cet idéal rassembleur lorsque la montée du nationalisme et des communautarismes, fondés sur des appartenances ethniques ou religieuses, font exploser notre pacte républicain ? « L’égoïsme et la haine ont seuls une patrie, la fraternité n’en a pas!», osait Lamartine. 

Face à tous ces pyromanes et autres apprentis sorciers obsédés par les racines, la race, la religion, l’orientation sexuelle, il nous faut donc réaffirmer une conception de l’humanité qui transcende les héritages biologiques, sociaux, culturels et religieux.
Nous devons restaurer l’universalisme républicain qui seul libère l’individu et bâtit le collectif. Nous devons revivifier ce beau concept de famille humaine traduit juridiquement dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme dont nous célébrons cette année le 70ème anniversaire. 

Oui, ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous distingue. 

La fraternité n’est pas que l’indispensable solidarité avec les plus fragiles, elle est la condition d’un cadre commun qui permet l’émancipation de tous. Face aux assignations identitaires, affirmons cet idéal qui garantit l’égalité des droits. C’est la fraternité qui nous rassemble et qui sera, demain, le ciment de la construction d’une société pacifiée, plus juste et plus solidaire. 

La fraternité est en danger. Sauvons la fraternité ! Il y a urgence !

30 JUIN 2018

L’État chez lui, l’Église chez elle

« L’État chez lui, l’Église chez elle »

Ces mots prononcés par Victor Hugo le 14 janvier 1850 à la Chambre des députés, rappellent que la séparation des Églises et de l’État est la condition irréfragable de la liberté absolue de conscience, clé de voute de la laïcité républicaine française, principe constitutionnel de notre République. Par ses deux premiers articles, la loi du 9 décembre 1905 fonde, structure et détermine l’organisation laïque de la République. Elle dit dans son Article deux : « La République ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte. »

En participant à la Conférence nationale des Évêques de France et en y déclarant vouloir « réparer le lien entre l’Église et l’État », le Président de la République s’exonère de la loi commune en vigueur. L’affranchissement du respect de la loi de Séparation de 1905 et de la Constitution fait le lit du retour du cléricalisme, soit l’implication du religieux dans le politique.

Le Grand Orient de France souligne qu’en agissant ainsi, le Président de la République réintroduit les Églises dans le champ politique en contradiction avec l’esprit comme la lettre de l’idée laïque de la République. Le recul de la laïcité républicaine française, née d’un processus émancipateur exemplaire qui la distingue des autres formes de sécularisation, traduirait une vision passéiste et rétrograde de la société, contraire à la philosophie des Lumières.

Le Grand Orient de France appelle à la plus grande vigilance devant le risque que s’installe au plus haut niveau de l’État un retour aux anciennes pratiques du cléricalisme et avec elles, la remise en cause de l’égalité républicaine et l’émergence de communautarismes brisant le pacte républicain national. L’égalité des droits de tous les citoyens quelles que soient leurs origines ou leurs religions est un principe fondamental de la République, une et indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Dans des temps de mutation et d’inquiétude, toute brèche dans la loi de Séparation des Églises et de l’État participe à la déconstruction de l’édifice laïque républicain, d’autant plus quand elle se produit au plus haut niveau de l’État. Face aux nouveaux dangers auxquels doit faire face notre République, la laïcité républicaine est le ciment de notre société, elle en est aussi le rempart contre les totalitarismes et les obscurantismes.

En conséquence, mesurant la portée de cette grave entorse au principe républicain de laïcité, le Grand Orient de France demande solennellement et avec la plus grande fermeté au Président de la République de revenir sans ambigüité sur cette réintroduction inacceptable du cléricalisme dans la République, et de faire sienne la phrase de Victor Hugo, « L’État chez lui, l’Église chez elle ».

Le 10 avril 2018

Journées du patrimoine Cannes 2017

Journées du Patrimoine des 16 & 17 septembre 2017 à Castrum

Les journées du patrimoine de Cannes 2017 verront les Loges « Science et Solidarité » et « Aegitna Universalis », prendre en charge l’organisation des « Journées du Patrimoine » au Temple maçonnique de Castrum situé 53 avenue Prince de Galles – 06400 Cannes.

Le programme complet: http://www.cannes.com/fr/evenements/grands-rendez-vous-mois-par-mois/journees-europeennes-du-patrimoine.html

Collectif Laïque

COLLECTIF LAÏQUE,COMMUNIQUÉ: LA LAÏCITÉ S’APPLIQUE AUSSI AU SÉNAT !

 
Le Collectif laïque condamne fermement le contournement de la laïcité que constitue la mise en place d’un dialogue institutionnel du Président et des groupes politiques du Sénat avec des responsables  des cultes.
La loi de séparation des Églises et de l’État (art.2), confortée par la Constitution, exclut expressément toute reconnaissance des cultes par la République. En revanche, des auditions de représentants associatifs ou de courants philosophiques et religieux par les commissions  ressortissent des travaux parlementaires normaux.
Cette décision vient s’ajouter à de nombreuses dérives du même type constatées dans les collectivités territoriales.
Nos concitoyens, croyants ou non, attachés à la laïcité et à la démocratie ne peuvent accepter que des dignitaires religieux soient considérés par des élus du peuple comme qualifiés pour s’exprimer en leur nom.
Enfin, nous refusons que les conceptions régressives de la vie en société (opposition à l’IVG ; à l’égalité devant le mariage, au droit de mourir dans la dignité, à l’égalité entre les hommes et les femmes…), portées par des responsables religieux puissent s’imposer par le biais de ces réunions institutionnalisées, comme elles le font dans plusieurs pays européens.
Paris, le 16 juin 2016
Associations signataires :
  • – AWSA-France
  • – C.A.E.D.E.L. – Mouvement Europe et Laïcité
  • – Le Chevalier de la Barre
  • – C.N.A.F.A.L.
  • – Les Comités 1905
  • – Fédération Française « Le Droit Humain »
  • – EGALE
  • – Grande Loge Féminine de France
  • – Grande Loge Mixte de France
  • – Grande Loge Mixte Universelle
  • – Grand Orient de France
  • – Association Laïcité Liberté
  • – Comité Laïcité-République
  • – Association Libres MarianneS
  • – Association des Libres Penseurs de France (A.D.L.P.F.)
  • – Observatoire International de la Laïcité
  • – Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise
  • – Regards de Femmes
  • – Union des Familles Laïques (U.F.A.L.)

D’Orlando à Magnanville

COMMUNIQUÉ du G.O.D.F

D’Orlando à Magnanville, un fanatisme terroriste, raciste et homophobe s’en est à nouveau pris à des hommes et des femmes dont le seul crime est de servir l’intérêt général ou de vivre leur vie comme ils l’entendent.
La division fallacieuse de l’humanité entre saints et mécréants met en péril l’avenir des civilisations. Elle exprime une régression contre laquelle tous les artisans de la liberté doivent se mobiliser.
Dans ces circonstances tragiques, le Grand Orient de France tient à faire part de sa compassion la plus profonde envers les familles blessées et endeuillées.
Paris, le 14 juin 2016

COMMUNIQUE 14 nov 2015

Communiqué du G.O.D.F face aux attentats


Le Grand Orient de France, dans les moments tragiques qui viennent d’ébranler notre société, est aux côtés des familles cruellement éprouvées par les actes barbares qui les endeuillent. Après les attentats du mois de janvier, il est manifeste que la France fait l’objet d’une offensive terroriste de grande ampleur qui s’en prend au modèle de civilisation dont notre République est l’héritière. L’heure est plus que jamais à la mobilisation pour que les ennemis sans visage qui nous menacent n’aient pas le dernier mot. Les Francs-Maçons, comme aux heures les plus sombres de notre Histoire, devront être aux avant-postes du combat pour la liberté et la dignité humaine.

Paris, le 14 novembre 2015